Héloé, c’est Julien de la 7-Shapes School !
Aujourd’hui, je souhaite vous parler de l’évolution du Lean Management vers du Lean Green dans l’industrie de demain.

Une transformation par obligation

Les projets de transformation Lean ou d’excellence opérationnelle sont souvent déployés face à une contrainte extérieure à l’entreprise (concurrence, nouvelles normes, évolution technologique, nouveaux marchés…). Aujourd’hui la contrainte la plus prioritaire dans le monde, est celle de la contrainte environnementale (tout le monde sera d’accord) et celle-ci va bouleverser en profondeur nos modèles en place.

Prenons l’exemple des constructeurs automobile. Ils constatent actuellement que leurs business models vont évoluer sous la contrainte environnementale #CO2 et se rendent bien compte que de se déplacer au pétrole (ressource en rupture, on vous le rappelle) n’a plus de sens.

Les constructeurs prennent également conscience que fabriquer une voiture électrique (et le débat n’est pas sur le bien ou le mal de ce type de véhicule) demande moins de personnel et de ressources (source).

Pour rappel : un moteur électrique a bien moins besoin de pièces techniques. Comme un embrayage ou une de boite de vitesse et n’a peu, voire pas, besoin de moyen de gestion ou de pompage des fluides (gestion du circuit de liquide de refroidissement, essence, huiles…)

Les dommages collatéraux du changement

La question :  A quelles taches vont bien pouvoir être alloué ce personnel dans les années qui viennent (services, maintenance, aide à la mobilité commune, chaîne de recyclage interne, R&D, etc.)

Et l’on pourrait aussi parler des effets collatéraux à ces réductions d’effectifs sur les fournisseurs de rang 1, 2… qui eux aussi, vont voir leur modèle complètement se transformer. Il faudra donc trouver de nouveaux relais de croissance, sans faire brûler la planète (cruel dilemme).

Cet exemple, parmi tant d’autres, n’est pour moi que le début d’un changement beaucoup plus profond. On pourrait parler des fabricants d’emballages par exemple, ou ceux du domaine de la logistique qui vont voir leur domaine se transformer si l’on souhaite réduire nos déchets, le CO2, et plus globalement l’utilisation de ressources finies.

Le Toyota Management System appliqué au Lean Green

Pour rappel, les fondamentaux du Lean ont été inventé par Toyota sous la contrainte de la concurrence (Ford, General Motors…) et de contraintes de ressources (financières, employés..). L’objectif : faire en sorte que le circuit entre le moment où le client paie et le moment où l’argent de celui-ci rentre dans les caisses de l’entreprise soit le plus court possible. Autrement dit : raccourcir le délai entre « je dépense de l’argent pour fabriquer » et le moment « j’ai touché l’argent que j’ai dépensé ».

Pourrait-on imaginer un modèle basé sur la même contrainte, mais dans notre cas, environnementale ? Nous devons faire en sorte que le délai entre « j’ai dépensé du CO2 » et « j’ai absorbé ce CO2 » soit l’objectif à atteindre : J’absorbe ce que j’émets.

Les 7 gaspillages d’un point de vue Green !

Chacun des 7 gaspillages du Lean pourrait alors avoir une toute autre signification et pourrait être transformés en gaspillages du « Lean Green »

Voici quelques pistes de réflexions :

  • J’ai des coûts de transports élevés, alors c’est que je suis peut-être trop loin de mon client ?
  • Quid d’une Méga Factory (qui consomme beaucoup d’énergie) vs plusieurs « Micro fab » implantées proche de mes consommateurs (consommer local) ?
  • Ma matière vient de trop loin. Est-ce que je peux sourcer mes Matières Premières plus à proximité, voire recycler mes propres produits finis (eco-design, eco-conception) ?
  • Je dois réduire à tout prix mes non-qualités car c’est de l’énergie, de la matière, qui est gaspillée, comment faire ?

La contrainte environnementale, pilier de l’Industrie du Futur

La contrainte environnementale va changer la face de l’industrie.

Elle va surement apporter (et cela sera nécessaire) une décroissance des volumes de production mais pas forcément de la quantité de travail en général…

Cette contrainte va inciter les entreprises à éco-concevoir leurs produits afin de leur donner une durée de vie plus longue par exemple, et les obliger à diversifier leurs activités dans d’autres domaines (recyclage, ventes de services…)

Selon moi, ce thème n’est pas assez (voire pas du tout) abordé dans le cadre de l’industrie du futur… Notre planète a besoin que l’on change le fond et la forme de notre modèle de production et de consommation !