La réimplantation d'une usine, c'est quoi ?

Héloé ! 👋🏻
Suite à notre dernier article, « Zoom sur… le Spaghetti Flux », nous te proposons un nouvel article sur le thème de la réimplantation !

Qu’est-ce que la réimplantation ?

L’outil spaghetti flux (diagnostic des gaspillages de transport) te permet de modéliser les déplacements. La réimplantation, elle, te permet de modifier ces flux en déplaçant les différents postes. Le but est de démêler le plus possible ce « Spaghetti » afin d’éviter des flux croisés et de le rendre le plus court possible pour éviter les déplacements inutiles.

Qu’apporte la réimplantation ?

Elle vient considérablement simplifier le chemin parcouru par le produit sur la chaîne de production. Les mouvements inutiles des logisticiens sont supprimés et les déplacements des produits sont optimisés afin d’éviter les accidents. Le produit parcourt alors une distance plus courte qu’avant dans la chaîne de fabrication.

Cet outil te permet de diminuer les accidents, d’être plus efficace lors des tournées logistiques mais aussi de diminuer le temps de traversée global de ton produit ! 

Comment faire une réimplantation à la 7-Shapes School ?

Avant d’envisager une réimplantation, tu dois obligatoirement réaliser un diagnostic (Spaghetti Flux – cf. article précédent). 

Après avoir fait cela, tu retrouveras l’outil “réimplantation” au même endroit, dans la boite à outil à droite. Il te suffit de cliquer sur « Réimplanter les postes ». Tu arrives alors sur ton Spaghetti Flux.

 

Une fois arrivé ici, rien de plus simple, il te suffit de déplacer les postes en les maintenant avec ta souris et en les faisant glisser où tu le souhaites. Tu peux aussi réorienter chacun des postes en cliquant sur les flèches de façon à réduire au maximum la distance.

C’est mieux n’est-ce pas ? On s’y retrouve enfin. Dans cette disposition, qui est un exemple, les postes sont agencés les uns à la suite des autres. Dans l’encadré en bas à droite tu peux voir la distance économisée ainsi que le coût (1000€ par poste déplacé) et la durée de la réorganisation de ton usine. Une fois que tu as terminé, tu n’as plus qu’à Activer et à patienter 20 secondes, les postes se réimplantent sous tes yeux !

Et voilà, tu as réimplanté ta chaîne de production, tu peux alors utiliser l’outil VSM pour vérifier la nouvelle performance de ta chaine de production. Sache que tu peux réimplanter autant de fois que tu le souhaites mais attention, cela a un coût. Vérifie bien ta trésorerie !

Et une réimplantation dans une vraie usine ?

Tu l’as sans doute remarqué, mais il existe 2 types de flux :

  • Les flux des produits semi-finis et finis (palette bleue et verte)
  • Les flux des produits annexes (palette jaunes) qui viennent de la logistique

Dans une vraie usine, c’est pareil, l’idéal étant de bien séparer ces deux flux de façon à ne pas générer d’accidents entre les opérateurs et les logisticiens, mais aussi dans le but de bien optimiser les mètres carrés de ton usine.

Tu peux retenir 3 types d’implantations, suivant la typologie de ta production :

Le flux “pièce à pièce” comme à la 7-Shapes School avec une implantation idéale en “U”, “L” ou “I” :

Palette bleue = produit entrant – Palette verte = produit semi fini ou fini – Palette jaune = Flux annexes

Le flux continu (processus agroalimentaire ou de transformation de matière) avec une implantation idéale en « I » ou en « U » :

Le flux “à l’affaire” (processus de machines spécifiques ou grand ensemble) avec une implantation idéale “I”


Attention à bien prendre en compte les éléments architecturaux de ton entreprise (poteaux, murs, machine non-déplaçable…) qui sont des éléments dimensionnant pour ton implantation cible ! Libre à toi de mixer ses différentes principes d’implantation suivant ton processus industriel.

Et bien sûr, il faut prendre en compte le coût de tels changements sur ton entreprise ! Faire appel à des entreprises spécialisées et déplacer des machines demande un très gros investissement : plusieurs milliers d’euros par jour de travail, surtout en cas d’utilisation d’équipements exceptionnels (camions plateaux, grues…).
Pour reprendre l’exemple de la 7-Shapes School et ses 5 postes, cela pourrait coûter jusqu’à 50 000€ pour déplacer toutes les machines ! Il faut prendre en compte cette dépense avant de démarrer un tel chantier. De plus, l’impact sur l’activité de l’entreprise est à prendre en compte (arrêts de production, prise en compte des demandes clients, création de stock stratégiques, temps d’arrêt pour les opérateurs…) Le coût d’une telle opération en est d’autant plus grand.

 

On espère que maintenant tu sais tout de la réimplantation, à toi de trouver le bon agencement. En attendant le prochain article, tu peux t’inscrire gratuitement pour tester la démo de la 7-Shapes School 😉

À très bientôt ! 👋🏻


Foire aux questions : Certification Yellow Belt - Lean Six Sigma

Participez à des chantiers d’amélioration continue !

Formation certifiante Yellow Belt - Lean 6 sigma

100% en ligne et jusqu’à 100% de financement possible.
Apprenez grâce à une usine virtuelle interactive, des classes virtuelles, des vidéos, des mini-jeux et des quiz de connaissances.

Mettez en pratique vos connaissances dans notre simulation interactive d’entreprise !

Vous êtes intéressé par la formation certifiante Yellow Belt et vous avez un milliard de questions sur la certification qui doit être passée en fin de parcours ? Cet article est fait pour vous ! Toutes les questions que vous pouvez vous poser sont là 👇🏻 (et s’il en reste, nous sommes à votre disposition à l’adresse contact@seven-shapes.com).

Généralités

Quelle est la certification préparée ?

Grâce à la formation certifiante vous préparez la certification Yellow Belt – Lean Six Sigma. Elle est inscrite au Répertoire Spécifique sous le numéro 2278.

Que permet d’atteindre cette certification ?

Cette certification vous permet d’être “Facilitateur de la démarche Lean” et de participer à des chantiers simple d’amélioration continue. Vous serez ainsi en capacité de comprendre et d’être force de propositions dans des environnements déjà Lean ou dans un environnement qui le sera prochainement.

Qui est l’organisme certificateur ?

Le CESi Certifications fait passer l’examen (en ligne). L’Université du Lean 6 Sigma est l’organisme certificateur.

Où se déroulent les cours ?

La formation certifiante est dispensée 100% en ligne. Vous n’avez donc pas à vous déplacer !

Où se déroule l’examen ?

L’examen de certification se déroule également en ligne, pas besoin de se déplacer !

Quels sont les pré-requis de la certification ?

Les pré-requis de la certification sont les mêmes que ceux de la formation : 2 ans d’expérience professionnelle et/ou un titre de niveau III (BAC +2).

Vous aurez également besoin d’une connexion internet et d’un navigateur compatible (tous les navigateurs hors Internet Explorer).

La 7-Shapes School n’est pas disponible sur tablette et téléphone à l’heure actuelle.

À quels financements est éligible la certification ?

La formation au complet est éligible à différents financements ! Nous avons créé un article qui reprend les différents financements en fonction de la situation de l’apprenant.

Quel est l’intérêt d’être certifié ?

Les certifications ont plusieurs intérêts :

  • Afficher ses compétences et ses connaissances sur son CV, cela peut faire la différence face à d’autres candidats,
  • Évoluer au sein de l’entreprise dans laquelle vous êtes salarié.e,
  • Avoir davantage confiance en vous dans les projets que vous menez au quotidien dans votre entreprise,
  • Pouvoir caser les mots “Chantier Kaizen Blitz” en soirée ! 

 

L’examen

Comment se déroule le passage de la certification ?

Quelques jours avant la certification, le CESi certification envoie à chaque candidat un tutoriel et des identifiants de connexion pour le jour J.

Une fois le jour de la certification arrivé, il vous suffit de suivre le tutoriel et de vous connecter avec les identifiants précédemment fournis.

Il y a trois quiz : un intitulé “Généralités”, le second s’intitule “6 Sigma – Yellow Belt” et le dernier « Lean – Yellow Belt ».

Comment se compose l’examen ?

L’examen comprend trois QCM.

  • “Généralités ”, ce sont des questions simples sur les bases du Lean et du Six Sigma (philosophie, intérêt, des questions sur les niveaux du Lean (Yellow, Green & Black Belt)…)
  • “6 Sigma – Yellow Belt”, il contient des questions un peu plus complexes sur le Six Sigma (AMDEC, droite de Henry, Coefficient R², MTBF, etc.)
  • “Lean – Yellow Belt”, il contient des questions un peu plus complexes sur les outils du Lean (TRS/TRG, logigramme, intelligence collective, management visuel, etc.)

Quel score faut-il obtenir afin d’avoir la certification ?

Les trois QCM sont notés sur 1000, puis un système de coefficient vous donne un score global sur 1000 également. Pour avoir la certification, il n’y a pas de score minimum (comme le TOEIC). Nous recommandons d’avoir au minimum 400/1000 pour passer la certification Green Belt sans difficultés.

Combien de questions comptent les QCM ?

Il y a 70 questions en tout !

 

Logistique

À quel moment passe-t-on la certification ?

Nous convenons avec vous d’une date pour le passage de la certification et la communiquons au CESi Certifications pour l’ouverture d’une session d’examen. 

Combien de temps dure l’examen ?

L’examen dure 1h10 maximum mais cela dépend de votre niveau de connaissance et de votre compréhension des questions posées. Cela peut être beaucoup plus rapide. Mais attention à bien lire les questions plusieurs fois pour éviter de se tromper !

Est-on contraint en termes de temps ?

Oui, l’examen est chronométré à raison d’une minute par question.

Y a-t-il une heure précise pour passer la certification ?

Non, vous pouvez commencer l’examen lorsque vous êtes prêt.e. 

Y-a-t-il une session de rattrapage ?

Jusqu’ici, nous n’avons pas eu besoin de sessions de rattrapages et nos apprenants ont tous obtenu la certification. Il n’y a aucune raison que cela ne soit pas le cas pour vous !
Dans le cas où vous voulez améliorer votre score, vous pouvez repasser la certification à votre charge.

En combien de temps reçoit-on nos résultats ?

Les résultats arrivent sous une semaine après le passage de la certification. Les certificats peuvent mettre plus de temps à être édités. Lors de votre inscription à la certification, nous vous demanderons votre date et lieu de naissance, ces informations sont utilisées pour l’édition du certificat et nous ne les conservons pas.

 

Nous espérons avoir répondu à une grande partie de vos questions ! 🙂 Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à nous les envoyer à l’adresse contact@seven-shapes.com, nous serons ravis d’y répondre.

À bientôt à la 7-Shapes School !

Crédit couverture : Nick Morrison

Formations

NOS OFFRES DE FORMATION

E-learning

Formez-vous en autonomie grâces à nos parcours de formation adaptés. Pour tous les niveaux : White, Yellow, Green, etc

Formations certifiantes

Ajoutez une plus-value à votre formation, certifiez-vous. Nos formateurs vous accompagnent. Financement possible.

Mini formations

Maitrisez des notion clés du Lean Management rapidement. 5S, Valeur ajoutée et Non Valeur Ajoutée, Résolution de problèmes, etc.


Zoom sur... le Spaghetti Flux

Après le premier article de la série sur le Gemba Walk, on te propose d’aborder maintenant le Spaghetti Flux, outil essentiel du Lean.

Qu’est-ce que le Spaghetti Flux ?

Le Spaghetti Flux, est un outil qui te sera très utile afin d’identifier (en quantité et en distance) les flux des pièces et produits sur une chaîne de production. Son nom vient, tu l’auras compris, des lignes qui s’entrecroisent lorsque tu le traces pour la première fois. Il te permettra de visualiser les nœuds ainsi que les trajets réalisés par les logisticiens.

Les bénéfices du Spaghetti Flux ?

Bien utilisé, il constitue un formidable outil pour optimiser ta chaine de production en visualisant ton flux afin de trouver des solutions. Combiné à la réimplantation il te permettra ainsi de :

  • Réduire le temps de traversée du produit dans la chaîne de production,
  • Réduire les déplacements inutiles,
  • Éviter les accidents.

Cet outil peut aussi être utilisé sur un poste de travail pour en améliorer l’ergonomie (tracé des mouvements de l’opérateur) ou dans un service logistique, afin d’améliorer les emplacements des composants dans un palettier.

Comment utiliser le Spaghetti Flux à la 7-Shapes School ?

À la 7 Shapes School, l’outil est accessible via la boîte à outils (à droite).

Tu arrives sur une vue de dessus de l’usine. Il te faut d’abord cliquer sur le stock de matières premières, puis construire la ligne qui représente le flux de poste en poste dans l’ordre numérique. Termine par le stock de produits finis. Cela donne le diagramme ci-dessous, le terme Spaghetti prend alors tout son sens.

Une fois réalisé, tu peux retrouver ton diagramme à tout moment grâce au tableau de bord (en haut de l’écran).

Attention : La réalisation d’un Spaghetti Flux te sera nécessaire pour réorganiser tes postes. Le diagramme s’actualisera automatiquement après chaque réorganisation. Mais souviens-toi qu’une réimplantation coûte très chère et prend beaucoup de temps ! (Dans le jeu comme dans la vie !)

On espère t’avoir tout appris sur le Spaghetti Flux ! En attendant le prochain article, tu peux t’inscrire gratuitement pour tester la démo de la 7-Shapes School 😉

À très vite ! 👋🏻

En découvrir plus


L'importance du Gemba Walk

Héloé ! 👋🏻
Afin de te proposer toujours plus de contenu qualitatif pour toi et pour ton entreprise, on aimerait te proposer une nouvelle série d’articles orientés Lean Management et Lean Six Sigma. Celle-ci démarre avec une première notion, très importante pour la réussite d’une démarche d’amélioration : le Gemba Walk. Car comme tu le sais, nous te préparons avec notre nouvelle formation certifiante à la certification Yellow Belt en Lean Six Sigma.

Avant toute chose, qu’est-ce que tu dois attendre de cette nouvelle série ?

  • En apprendre plus sur une notion particulière du Lean ou du Lean Six Sigma que nous traitons au sein du jeu,
  • Savoir comment la 7-Shapes School te permet d’acquérir la connaissance de ces notions et sous quelle forme.

Qu’est-ce que le Gemba Walk ?

Le Gemba Walk est une action simple et très efficace pour une entreprise. Le “Gemba Walk” signifie littéralement “là où se trouve la vérité” ou “là où se crée la valeur” et ce, pour une bonne raison !

En effet, lorsque l’on fait un Gemba, c’est le top management (ou les fonctions supports) qui se déplace sur le terrain (dans la production, la logistique, etc..) pour faire un état des lieux, et parler avec les personnes qui y travaillent au quotidien afin de repérer les problèmes pour les aider à les régler.

Ce qui explique l’importance cruciale du Gemba, c’est que ce sont les personnes qui travaillent au quotidien là où se crée la valeur, qui expérimentent les problèmes. Elles les gèrent, les subissent souvent mais ont les meilleures idées d’amélioration pour les éliminer (parole de Sensei 😉).

Le rôle du top management dans ce cas est simple :

  • écouter ce que les personnes qui vivent les problèmes ont à dire,
  • sélectionner avec elles ce qu’il est possible de faire rapidement (les petits pas),
  • les aider à mener ces petits projets d’amélioration à terme en travaillant en groupe,
  • leur donner les moyens pour le faire (temps, ressources, argent)

Quels sont les bénéfices du Gemba Walk pour l’entreprise ?

Plusieurs points de vue sont possibles, mais les bénéfices sont évidents !

  • Détecter rapidement les problèmes d’un processus de fabrication, les comprendre et les hiérarchiser en catégories (santé, sécurité, qualité, performance, etc.),
  • Corriger les problèmes, via des solutions simples et pertinentes des personnes du terrains (intelligence collective !)
  • Créer une solution en groupe, qui a du sens et qui facilite le travail au quotidien. Cela permet d’augmenter la motivation de tous !

En somme, le Gemba Walk permet de détecter les vrais problèmes, leurs causes et d’appliquer l’intelligence collective pour les résoudre.

Comment fonctionne le Gemba Walk à la 7-Shapes School ?

À la 7-Shapes School, on commence son apprentissage du Gemba Walk par une leçon gamifiée (que l’on appelle une “notion”).

Dans cette notion, nous t’invitons à aller voir chaque employé de la 7-Shapes School. Parler à chaque personnage permet de connaître son rôle au sein de l’entreprise et à quel niveau de la chaîne de production il se situe (au début, au milieu ou à la fin). Il te suffit de cliquer sur chaque personne lorsque le logo “!” apparaît au dessus de leurs têtes !

Suite à cette première étape, tous les employés de la 7-Shapes School te donnent des conseils pour réussir les défis en fonction de ce qui se déroule dans l’usine. Par exemple, si les logisticiens se croisent trop souvent (et créent des accidents), alors ils te diront qu’il faut régler cette situation par une meilleure affectations de ceux-ci. À toi d’agir en conséquence et de bien prendre en compte cette aide précieuse !

 

Petit plus : interroger  les employés lors des défis, augmente l’indicateur de “bonheur au travail” de l’entreprise. Même à la 7-Shapes School, le Gemba Walk permet de fédérer et de motiver les équipes 😉

Pour finir, voici quelques images de la notion Gemba Walk !

 

 

 

Nous espérons que cet article t’auras permis de comprendre ce qu’est le Gemba Walk. Pour tester tout de suite cette notion au sein de la 7-Shapes School, il suffit de t’inscrire gratuitement pour jouer à la démo ! 😉


Du Lean Management au Lean Green et durable

Héloé, c’est Julien de la 7-Shapes School !
Aujourd’hui, je souhaite vous parler de l’évolution du Lean Management vers du Lean Green dans l’industrie de demain.

Une transformation par obligation

Les projets de transformation Lean ou d’excellence opérationnelle sont souvent déployés face à une contrainte extérieure à l’entreprise (concurrence, nouvelles normes, évolution technologique, nouveaux marchés…). Aujourd’hui la contrainte la plus prioritaire dans le monde, est celle de la contrainte environnementale (tout le monde sera d’accord) et celle-ci va bouleverser en profondeur nos modèles en place.

Prenons l’exemple des constructeurs automobile. Ils constatent actuellement que leurs business models vont évoluer sous la contrainte environnementale #CO2 et se rendent bien compte que de se déplacer au pétrole (ressource en rupture, on vous le rappelle) n’a plus de sens.

Les constructeurs prennent également conscience que fabriquer une voiture électrique (et le débat n’est pas sur le bien ou le mal de ce type de véhicule) demande moins de personnel et de ressources (source).

Pour rappel : un moteur électrique a bien moins besoin de pièces techniques. Comme un embrayage ou une de boite de vitesse et n’a peu, voire pas, besoin de moyen de gestion ou de pompage des fluides (gestion du circuit de liquide de refroidissement, essence, huiles…)

Les dommages collatéraux du changement

La question :  A quelles taches vont bien pouvoir être alloué ce personnel dans les années qui viennent (services, maintenance, aide à la mobilité commune, chaîne de recyclage interne, R&D, etc.)

Et l’on pourrait aussi parler des effets collatéraux à ces réductions d’effectifs sur les fournisseurs de rang 1, 2… qui eux aussi, vont voir leur modèle complètement se transformer. Il faudra donc trouver de nouveaux relais de croissance, sans faire brûler la planète (cruel dilemme).

Cet exemple, parmi tant d’autres, n’est pour moi que le début d’un changement beaucoup plus profond. On pourrait parler des fabricants d’emballages par exemple, ou ceux du domaine de la logistique qui vont voir leur domaine se transformer si l’on souhaite réduire nos déchets, le CO2, et plus globalement l’utilisation de ressources finies.

Le Toyota Management System appliqué au Lean Green

Pour rappel, les fondamentaux du Lean ont été inventé par Toyota sous la contrainte de la concurrence (Ford, General Motors…) et de contraintes de ressources (financières, employés..). L’objectif : faire en sorte que le circuit entre le moment où le client paie et le moment où l’argent de celui-ci rentre dans les caisses de l’entreprise soit le plus court possible. Autrement dit : raccourcir le délai entre « je dépense de l’argent pour fabriquer » et le moment « j’ai touché l’argent que j’ai dépensé ».

Pourrait-on imaginer un modèle basé sur la même contrainte, mais dans notre cas, environnementale ? Nous devons faire en sorte que le délai entre « j’ai dépensé du CO2 » et « j’ai absorbé ce CO2 » soit l’objectif à atteindre : J’absorbe ce que j’émets.

Les 7 gaspillages d’un point de vue Green !

Chacun des 7 gaspillages du Lean pourrait alors avoir une toute autre signification et pourrait être transformés en gaspillages du « Lean Green »

Voici quelques pistes de réflexions :

  • J’ai des coûts de transports élevés, alors c’est que je suis peut-être trop loin de mon client ?
  • Quid d’une Méga Factory (qui consomme beaucoup d’énergie) vs plusieurs « Micro fab » implantées proche de mes consommateurs (consommer local) ?
  • Ma matière vient de trop loin. Est-ce que je peux sourcer mes Matières Premières plus à proximité, voire recycler mes propres produits finis (eco-design, eco-conception) ?
  • Je dois réduire à tout prix mes non-qualités car c’est de l’énergie, de la matière, qui est gaspillée, comment faire ?

La contrainte environnementale, pilier de l’Industrie du Futur

La contrainte environnementale va changer la face de l’industrie.

Elle va surement apporter (et cela sera nécessaire) une décroissance des volumes de production mais pas forcément de la quantité de travail en général…

Cette contrainte va inciter les entreprises à éco-concevoir leurs produits afin de leur donner une durée de vie plus longue par exemple, et les obliger à diversifier leurs activités dans d’autres domaines (recyclage, ventes de services…)

Selon moi, ce thème n’est pas assez (voire pas du tout) abordé dans le cadre de l’industrie du futur… Notre planète a besoin que l’on change le fond et la forme de notre modèle de production et de consommation !


L'importance de la communauté des apprenants

Héloé ! 👋🏻
Comme vous le savez, nous avons lancé une nouvelle offre de formation récemment : le SPOC (Small Private Online Course) certifiant Yellow Belt en Lean Six Sigma ! À l’image de la philosophie du Lean Management et du Lean Six Sigma, l’intelligence collective passe par la communauté que forment les apprenants lors d’une formation (d’autant plus lorsqu’elle est, comme la nôtre, à distance !). C’est ce sujet que nous souhaiterions développer aujourd’hui.

Pourquoi avons-nous décidé de créer une communauté pour nos apprenants ?

Le premier facteur, c’est d’abord la motivation de nos apprenants !

Lors d’un SPOC, on est majoritairement seul devant son écran. Bien sûr, en tant qu’Organisme de Formation, nous sommes là pour vous aider et vous accompagner dans votre formation, mais nous avons un point de vue différent sur celle-ci. Nous en sommes les créateurs et notre mission consiste à vous motiver et à vous aider pour que celle-ci soit une réussite. Mais nous ne vous apporteront pas la même chose que vos pairs, les autres apprenants de la formation.

C’est plus facile de discuter des problèmes rencontrés et des potentielles questions avec des personnes qui vous comprennent réellement et qui sont dans la même dynamique que vous. Et surtout, ça motive beaucoup plus d’être dans une dynamique de groupe et de ne pas être seul face à son écran.

Le deuxième facteur est pédagogique, puisqu’il s’agit de l’entraide pair-à-pair et de l’intelligence collective.

Nous le savons, l’une des meilleures pédagogies reste l’apprentissage pair-à-pair (Mazur). On apprend mieux en expliquant aux autres ce que l’on a compris, et on comprend mieux lorsque quelqu’un qui est dans le même état d’esprit nous explique. La mixité des expériences de nos apprenants permet à chacun d’y trouver son compte en apprenant des expériences des autres.

De plus, la communauté permet de créer une réelle intelligence collective. Nous savons que certains défis sont très challengeants, même pour des personnes très à l’aise avec le Lean. C’est pour cela que nous encourageons nos apprenants à en discuter au sein de la communauté. L’intelligence collective permettra de résoudre bons nombres de problèmes, il faut s’en souvenir !

 

Enfin, le troisième facteur est intéressante pour nous : c’est le côté pratique de la communauté sur un réseau social tel que Facebook.

Pourquoi c’est pratique ? Parce que cela nous permet de vous parler directement sur un réseau que la plupart connaissent déjà. C’est pratique parce qu’il y a des notifications et que nous pouvons donc attirer votre attention assez facilement. Et surtout, Facebook est très permissif : il permet de poster des vidéos, des photos, programmer des événements (les classes virtuelles) et de vous informer facilement et rapidement.

On a pensé à LinkedIn, qui serait vraiment le meilleur réseau pour créer une communauté telle que la nôtre. Mais malheureusement, le réseau social n’est pas prêt pour tout ça et ne permet pas l’aspect communautaire que nous souhaitons instaurer, il a aussi beaucoup moins de fonctionnalités que Facebook.

 

Et après le SPOC ?

Tout est prévu ! À la fin de notre deuxième session de SPOC, nous souhaitons créer une communauté des “alumnis” de la 7-Shapes School. Rester sur le groupe des élèves actuels n’a pas de sens lorsque l’on a fini la formation et que l’on a obtenu la certification.

À la suite du SPOC, nous prévoyons des contenus et des interactions qui seront riches de sens pour vous, afin que vous puissiez vous entraider dans vos problématiques de terrain (tout en conservant le secret que vos professions peuvent imposer).

Pour bien mener vos chantiers Lean, la communauté et Seven Shapes seront présentes pour vous aider !

 

Nous espérons que vous serez aussi convaincus que nous vis-à-vis de la communauté et que vous y participerez activement ! La réussite de tout le groupe dépend de chacun d’entre vous.
Pour en savoir davantage sur le SPOC et pour vous y inscrire, c’est par ici !

À très vite à la 7-Shapes School 👋🏻


Financer ma formation

Héloé ! 👋🏻
Je ne sais pas si tu es au courant, mais Seven Shapes est un organisme de formation ! Ce qui nous permet de te proposer de nouveaux produits : la formation certifiante Yellow Belt – Lean Six Sigma et la formation certifiante Green Belt ! Elles sont dispensées 100% en ligne ! Si tu es intéressé.e, il existe différents moyens de financer la formation. On fait le point maintenant et selon ta situation !

Cet article tient compte de la loi “Pour la liberté de choisir son avenir professionnel” du 5 septembre 2018 ! Si tu remarque une erreur dans cet article, n’hésite pas à nous le faire savoir : contact@seven-shapes.com, merci d’avance.

 

  1. Tu es salarié.e d’une entreprise de plus de 50 salariés
  2. Tu es salarié.e d’une entreprise de moins de 50 salariés
  3. Tu es employeur.se et tu recrutes quelqu’un que tu souhaites former
  4. Tu es demandeur.se d’emploi
  5. Tu es en reconversion professionnelle
  6. Tu es auto-entrepreneur.se

 

Tu es salarié.e d’une entreprise de plus de 50 salariés

 

Notre formation fait partie du plan de développement des compétences de ton entreprise

Tu peux parler à ton employeur et demander à suivre la formation (tu peux faire ta demande à l’écrit et/ou à l’oral). Il n’est pas dans l’obligation d’accepter ta demande.

Attention ! Ton employeur peut t’imposer de suivre la formation, chose que tu ne peux pas refuser (sauf cas particuliers).

 

Notre formation ne fait pas partie du plan de développement des compétences de l’entreprise

Tu peux demander à ton employeur d’ajouter la formation au plan de développement des compétences afin qu’il la finance pour toi et pour d’autres salariés. Mais il n’est pas obligé de répondre à cette demande !

S’il refuse, tu vas devoir financer ta formation par d’autres moyens. Tu peux utiliser ton CPF (Compte Personnel de Formation), qui peut t’aider à financer tout ou partie de cette formation !

Pour accéder à notre fiche CPF et t’inscrire à une de nos sessions, clique ici.

Si tu as travaillé pendant 2 ans, alors tu devrais avoir suffisamment de fonds pour financer l’ensemble de la formation (si tu n’as pas déjà financé une formation et si les deux ans étaient avant le 1er janvier 2020 – puisque les fonds sont crédités au début d’une nouvelle année).

Si tu n’as pas suffisamment de fonds sur ton CPF pour financer toute la formation tu peux quand même t’en servir pour en financer une partie et payer le reste directement en ligne sur le site du CPF par carte de crédit !

 

Ton entreprise n’a pas de plan de développement des compétences

Dans ce cas, tu vas devoir financer ta formation par d’autres moyens.

Tu peux utiliser ton CPF (Compte Personnel de Formation), qui peut t’aider à financer tout ou partie de cette formation !

Pour accéder à notre fiche CPF et t’inscrire à une de nos sessions, clique ici.

Si tu as travaillé pendant 2 ans, alors tu devrais avoir suffisamment de fonds pour financer l’ensemble de la formation (si tu n’as pas déjà financé une formation et si les deux ans étaient avant le 1er janvier 2020 – puisque les fonds sont crédités au début d’une nouvelle année).

Si tu n’as pas suffisamment de fonds sur ton CPF pour financer toute la formation tu peux quand même t’en servir pour en financer une partie et payer le reste directement en ligne sur le site du CPF par carte de crédit !

 

Tu es salarié.e d’une entreprise de moins de 50 salariés

 

Ton entreprise fait financer ta formation via un OPCO

Dans ce cas, l’idéal est de parler de la formation à ton employeur, parce que le système est très avantageux.

En effet, l’OPCO dont dépend l’entreprise prend en charge l’entièreté des coûts de la formation : le coût de l’action de formation et (le cas échéant) les frais annexes comme le salaire et les charges sociales, les coûts de déplacement, d’hébergement, garde d’enfants, etc.

Les OPCO sont des organismes qui récoltent les cotisations pour la formation professionnelles et qui distribuent ces fonds aux entreprises. Chaque secteur d’activité a son OPCO. En général, les entreprises que nous formons font partie de l’OPCO DEFI/OPCAIM/ADEFIM (devenu 2i) (secteur de l’industrie) ou ATLAS (secteur du numérique, du conseil).

Les démarches pour faire des demandes de financement auprès des OPCO sont guidées et faciles, elles demandent seulement des documents que nous connaissons et que nous avons. Il suffit de rentrer en contact avec nous afin que nous puissions t’aider, toi et ton entreprise, dans ces démarches.

Les OPCO demandent que le dossier soit complété avant la date d’entrée en formation. Nous préférons que tu aies déjà ton acceptation de financement avant l’entrée en formation.

 

Ton entreprise finance ta formation elle-même

Ton entreprise n’est pas dans l’obligation de passer par un OPCO, elle peut aussi financer ta formation elle-même.

Dans ce cas, elle peut demander un devis et passer une commande auprès de nous sans aucun problème.

 

Tu es employeur.se et tu recrutes quelqu’un que tu souhaites former

 

Tu recrutes quelqu’un pour un CDD de 6 mois à 1 an

L’AFPR (Action de Formation Préalable à l’Emploi) est là pour toi.  C’est une aide accordée par le Pôle Emploi pour former quelqu’un que tu souhaites recruter mais qui n’a pas tout à fait les compétences nécessaires pour le poste.

L’aide couvre 8€ par heure de formation externe, soit un peu plus de 100€ dans le cas de notre formation.

Pour prétendre à cette aide, il faut que la personne que tu souhaites recruter soit demandeur.se d’emploi (inscrit.e à Pôle Emploi) et soit embauché.e pour un CDD de plus de 6 mois et moins de 12 mois.

Il existe d’autres situations qui peuvent être couvertes par cette aide.

Le remboursement de la formation interviendra à l’entrée de ton nouvel employé au sein de l’entreprise.

 

Tu embauches quelqu’un pour 1 an ou en CDI

Pour toi, il existe la POEI (Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuelle). C’est une aide accordée par le Pôle Emploi pour former quelqu’un que tu souhaites recruter mais qui n’a pas tout à fait les compétences nécessaires pour le poste.

L’aide couvre 8€ par heure de formation externe et peut être complétée par l’intervention de l’OPCO dont l’entreprise dépend.

Pour prétendre à cette aide, il faut que la personne que tu souhaites recruter soit demandeur.se d’emploi (inscrit.e à Pôle Emploi) et soit embauché.e pour un CDD de minimum 12 mois ou pour un CDI.

 

Tu es demandeur.se d’emploi

 

Tu as été recruté.e mais tu dois effectuer une formation avant ta prise de poste

Dans ce cas, ton employeur va bénéficier de l’AFPR ou de la POEI (selon la durée du contrat). Tu vas participer à une formation que Pôle Emploi et ton futur employeur (et l’OPCO, le cas échéant) ont sélectionné pour toi. La sélection est faite pour que ta prise de poste se passe dans les meilleures conditions possibles.

 

Tu souhaites effectuer une formation qui te permettra de retrouver un emploi

Tu peux peut-être bénéficier de l’AIF (Aide Individuelle à la Formation) ! Pour en faire la demande, tu dois faire valider la formation par ton conseiller Pôle Emploi.

Tu ne dois pas avoir eu de diplôme depuis deux ans et ne pas avoir été bénéficiaire d’une formation financée par ta Région et/ou par le Pôle Emploi dans l’année écoulée.

Tu auras besoin de 2 devis nominatifs (pour deux formations différentes), d’une lettre de motivation et d’un CV afin de pouvoir prétendre à cette aide.

Après avoir obtenu l’aval de ton conseiller, il faudra remplir le formulaire de Pôle Emploi, que tu devras envoyer à Pôle Emploi au minimum 15 jours avant le début de la formation.

Petit conseil : réserve une date de formation assez éloignée pour pouvoir faire toutes ces démarches avant l’entrée en formation !

 

Tu es en reconversion professionnelle

 

Tu travailles depuis 2 ans

Tu peux bénéficier du CPF de Transition Professionnelle si tu as travaillé 24 mois (au minimum), quel que soit le type de contrat qui ont été établis, dont 12 mois dans l’entreprise où tu es salarié actuellement.

Ces conditions peuvent ne pas être prises en compte dans deux cas, ceux-ci sont détaillés sur le site du Ministère du Travail.

Jusqu’au 31 décembre 2019, c’est le Fongecif de ta région qui gère ce type de demande. Au 1er janvier 2020, ce seront les CPIR (Commissions Paritaire Inter-Régionales) qui gèreront ce financement.

Ils te demanderont de remplir un dossier papier (que tu dois aller chercher sur place) auquel il faudra que tu ajoutes des pièces supplémentaires. Il y a trois parties à remplir : une partie “stagiaire” (toi), une partie “prestataire” (nous) et une partie “employeur”.

De notre côté, nous te fournirons : un Protocole Individuel de Formation, un devis et le programme de la formation.

Toutes les autres informations qui te seront demandées sur nous sont des choses que tu trouveras sur les documents cités ci-dessus. Tu peux toujours nous contacter si besoin lorsque tu remplis le dossier !

Le Fongecif peut refuser ta demande, mais tu pourras refaire une demande deux mois plus tard !

Alors comment ça se passe en pratique pour notre formation ?

Il faut demander par écrit à ton employeur au moins 60 jours avant le début de la formation, si tu peux y participer. Choisis donc une date de début de formation qui se déroulera dans plus de deux mois. Le non-respect de cette règle peut entraîner un refus de la part de ton entreprise !

Cela va dans les deux sens, ton employeur doit te répondre dans les 30 jours suivant la réception de la demande écrite. Si tu n’as pas de réponse passé ce délai, alors la demande est acceptée d’office.

S’il te répond, il y a trois solutions : soit il accepte, soit il refuse, soit il reporte.

Ton employeur peut refuser si :

 

  • ta situation n’est pas couverte par les conditions du projet de transition
  • tu n’as pas respecté les conditions pour en faire la demande auprès de ton employeur.

Ton employeur peut reporter ta formation de 9 mois maximum s’il manque de personnel pour la production (absences simultanées ou si ton absence peut nuire à la production de l’entreprise).

 

Tu ne travailles pas depuis 2 ans

Dans ce cas, tu vas devoir financer ta formation par d’autres moyens.

Tu peux utiliser ton CPF (Compte Personnel de Formation), qui peut t’aider à financer tout ou partie de cette formation !

Pour accéder à notre fiche CPF et t’inscrire à une de nos sessions, clique ici.

Si tu as travaillé pendant 2 ans, alors tu devrais avoir suffisamment de fonds pour financer l’ensemble de la formation (si tu n’as pas déjà financé une formation et si les deux ans étaient avant le 1er janvier 2020 – puisque les fonds sont crédités au début d’une nouvelle année).

Si tu n’as pas suffisamment de fonds sur ton CPF pour financer toute la formation tu peux quand même t’en servir pour en financer une partie et payer le reste directement en ligne sur le site du CPF par carte de crédit !

 

Tu es auto-entrepreneur.se

Depuis le 1er janvier 2020, ton compte CPF est alimenté grâce à ta cotisation à celui-ci. Tu peux donc te connecter à ton compte CPF (Compte Personnel de Formation), qui te permet de financer tout ou partie de ta formation !

Pour accéder à notre fiche CPF et t’inscrire à une de nos sessions, clique ici.

Si tu as travaillé pendant 2 ans, alors tu devrais avoir suffisamment de fonds pour financer l’ensemble de la formation (si tu n’as pas déjà financé une formation et si les deux ans étaient avant le 1er janvier 2020 – puisque les fonds sont crédités au début d’une nouvelle année).

Si tu n’as pas suffisamment de fonds sur ton CPF pour financer toute la formation tu peux quand même t’en servir pour en financer une partie et payer le reste directement en ligne sur le site du CPF par carte de crédit !

 

 

 

Si tu as des questions, quelle que soit ta situation, n’hésite pas à nous appeler ou à nous écrire ! Nous sommes là pour t’aider à tout moment au cours de ta formation et même après !

Nous espérons que tu passeras une bonne formation !

À très vite à la 7-Shapes School 👋🏻

 

Photo par Tim Mossholder sur Unsplash

 


Chronométrer les tâches des salariés ?

Salut ! C’est Julien, de la 7-Shapes School. Aujourd’hui, en réaction à l’article Chronométrer les tâches des salariés, une vision archaïque de la performance (Guillaume Plaisance) (que je t’invite à lire, il est très intéressant !) j’aimerais te parler de la vision que j’ai du chronométrage des tâches dans un contexte Lean (ou Agile).

 

Aujourd’hui, et plus que jamais, nous achetons du délai !

Mais de quoi est-il composé ?

C’est assez simple : pour calculer le temps que met un produit, une affaire, une demande client, etc.. à traverser un processus, on utilise la Loi de Little.

 

 

L’entreprise est obligée de connaître son « en-cours » de tâches à réaliser (localement ou globalement), mais aussi son « débit » (ou capacité), c’est-à-dire le nombre de tâches que l’on peut réaliser dans un intervalle de temps.

Pour piloter tout ça, on est bien obligé de le quantifier, de donner une valeur de temps ou de quantité au travail. Et c’est là que le chrono (peut) entrer en compte (mais, non mauvaise idée).

 

Mon point de vue

Inutile de descendre à la mesure de la micro-tâches ! Focalisez-vous plutôt sur un ensemble de tâches (on parlera de sprint dans une organisation agile, de 1 à 2 semaines) et estimer le temps qu’il faut pour les réaliser. Ceci permet de connaître le temps qu’il faut pour vider la file d’attente et le délai que l’on peut tenir vis-à-vis du client.
Exemple : une semaine fait 35h, vous avez 2 collaborateurs, donc 70h pour réaliser 23 taches de 3 heures chacune.

Parce que oui, le plus important c’est de satisfaire le client ! C’est pas lui qui vous paie par hasard. Et le meilleur moyen pour qu’il revienne, ce n’est pas de tout chronométrer, mais de régler les problèmes (revues de Sprint = réduction de la NVA), d’identifier vos goulots (Théorie des Contraintes), de vous améliorer et même de standardiser certains processus si le besoin s’en fait sentir et tout cela de manière continue (5ème principe du Lean).

Capitalisez sur votre vécu en équipe, afin de mieux chiffrer le temps qu’il faut pour réaliser de nouvelles tâches et recherchez les causes de dérives.

Faites confiance à votre équipe, donnez leur les moyens de résoudre des problèmes (temps, formations, stand-up journalières, point équipe hebdomadaire, feedbacks réguliers…), ainsi vous n’aurez pas à mesurer quoi que ce soit et surtout pas les pauses ! D’ailleurs, très souvent, on bosse pendant les pauses (réflexion, échanges…) et il est même recommandé de faire une pause toutes les heures… CQFD

L’augmentation des strates hiérarchiques et donc des « chefs » est un symptôme du manque de confiance, vision, etc. de l’entreprise. Ce n’est pas pour rien que les grandes entreprises réduisent les étages hiérarchiques pour être plus « flat » ou plus « agile ».

 

Mes conseils:

 

  • Rendre le flux visuel (post-its, tableaux, Trello, Suite Google…)
  • Rendre les problèmes visuels et les régler le plus vite possible (notion Lean de « Gemba Kaizen »)
  • Stand up matinale avec le café (quoi hier, quoi ajd et mes problèmes, besoin d’aide ou non, besoin de régler le problème -> en groupe réunion rapide de 20min ou en one to one)
  • Capitalisation lors des reviews de sprint sur le good et le bad
  • Standardiser certains process pour ne pas se poser de questions la prochaine fois
  • Penser Non Valeur Ajoutée et ne pas optimiser la Valeur Ajoutée (taper plus vite sur le clavier ? what ? 😨)
  • Toujours prévoir 20% de marge dans la semaine pour tout le monde afin de gérer les impondérables

Soyez Lean, Agile et non Tayloriste ! Pensez performance globale et pas locale. Ça fonctionne à tous les coups 😉

 


Ça y est, www.7-shapes-school.com est en ligne !

Qu’est-ce que 7-shapes-school.com ? C’est notre propre plateforme de formation !

Quelle est la valeur ajoutée de cette plateforme ?


(Tu es en droit de poser cette question, surtout si tu connais les 5 principes du Lean !)

Que manquait-il à la plateforme précédente ?

Jusqu’à la présent, nous utilisions les services d’AirTeach pour te mettre la 7-Shapes School à disposition. La plateforme AirTeach permet de créer tout un tas de contenus sous forme de MOOC, avec différents modules de formation, la gestion de la facturation et bien plus encore.

Mais AirTeach ne nous permettait pas de mémoriser la progression de nos apprenants à l’intérieur de notre jeu. Et à vrai dire, aucune plateforme du marché ne le propose. Il nous fallait donc créer notre propre plateforme !

Et donc elle fait quoi cette plateforme 7-shapes-school.com ?

Elle permet :

    • de jouer à la 7-Shapes School (la base).
    • de récupérer et stocker la progression de chaque utilisateur au sein du jeu. Ceci, dans trois buts :
        • sauvegarder la progression du joueur afin qu’il sache ce qu’il a déjà fait ou pas.
        • proposer un parcours pédagogique où les niveaux se débloquent au fur et à mesure de l’avancée du joueur.
      • suivre les progrès des apprenants au jour le jour de façon détaillée (ça c’est bien utile pour le prof ou la DRH de l’apprenant !).
    • la création de ”structures” (ensemble de licences) pour chacun de nos clients (avec possibilité d’afficher des versions custom).
    • de nommer quelqu’un comme propriétaire de chaque structure, qui pourra nommer des administrateurs qui peuvent :
        • gérer les licences flottantes de leur structure (les affecter ou les révoquer).
      • accéder aux statistiques des apprenants de leur structure (échecs, réussites, complétion, temps de jeu, dernière connexion…).
    • de consulter tout le contenu de formation (vidéos et PDF) de la 7-Shapes School au même endroit.
  • de payer le nombre de licences souhaité directement par carte bancaire (cela permet aussi de simuler combien coûtent 100 licences TTC !).

www.7-shapes-school.com va-t-elle évoluer?

Oui ! La plateforme nous appartient totalement et nous pouvons donc la faire évoluer comme nous le souhaitons et en accord avec tes besoins !

Alors, prêt.e pour découvrir www.7-shapes-school.com ? 🚀

Nous sommes toujours avides de retours, alors n’hésite pas à nous donner tes idées, tes besoins et ton ressenti à l’adresse contact@seven-shapes.com ou directement via le formulaire de contact sur la plateforme ! 😉

On en profite pour remercier les différentes parties prenantes de ce projet : l’entreprise XtraLife, William Gohier et Hugues Vieu, qui ont travaillé pendant plusieurs mois d’arrache-pied avec notre équipe pour réaliser cette plateforme ! Congrats guys! 👏🏻

À très vite ✌🏻


Le marathon-salons de la 7-Shapes School

60 cafés 84
km à pied
2.840
km en train
57
h de salon
100
contacts environ
6
jours
4
personnes

 

Voici un petit résumé en quelques chiffres de notre semaine de salon. Nous voulions te parler de cette semaine, qui pour nous a été très éprouvante mais qui en valait, sans conteste, la peine.

Prêt.e pour notre récit 100% marathon industrie ?

 

BE 4.0 - les 20 & 21 novembre

Si tu as loupé les informations au sujet de ce salon : il est tout jeune puisque c’est sa deuxième édition et il se tient à Mulhouse (une ville où “on ne vient jamais par hasard” nous a-t-on dit pendant ce salon). Celui-ci a doublé de volume en un an : 230 exposants et 3 500 visiteurs.

Nous avons donc passé la journée de lundi dans le train pour nous rendre (littéralement) à l’autre bout de la France. Mais nous pouvons affirmer que cela valait le coup ! Pourquoi ?

  • Nous avons rencontré des personnes de nationalité différentes : des allemands, des suisses et des slovènes ! Et c’est pour ça notamment que faire des salons dans l’est, c’est intéressant. Cela nous permet, entre autres, de nous confronter à d’autres marchés et de voir si la solution pourrait intéresser d’autres personnes avec des cultures industrielles différentes de la nôtre.
  • L’organisation était au top. Et sans quitter le salon, nous avons pu profiter de la gastronomie locale : bières locales 🍺  et Spätzle à volonté !
  • Et enfin parce que Schneider Electric Consulting, notre partenaire et client, nous a mis en avant sur son stand sur son écran géant (merci merci merci 🙏🏻), on a vu affluer sur notre stand plein de personnes très intéressantes !

En bref, ce salon est une pépite. C’est un salon à taille humaine, bien organisé, facile à comprendre, ce qui permet notamment à des professionnels de pouvoir venir une journée et de découvrir des entreprises et des produits qui les intéressent en un rien de temps. Et le temps, c’est un des trucs les plus précieux au monde, n’est-ce pas ?!

 

L'Usine Extraordinaire - du 22 au 24 novembre

Si tu viens du monde de l’industrie, il est presque impossible d’être passé à côté de l’Usine Extraordinaire : l’événement a été très médiatisé. Pourquoi ? Parce que c’est une première édition d’un événement d’intérêt public qui permet de montrer à quel point l’industrie peut être différente de la vision que l’on peut en avoir. Non, les usines ne ressemblent plus (sauf cas exceptionnel) à celles de Peaky Blinders ou de Germinal. C’est vrai que l’Usine Extraordinaire était installée dans le Grand Palais près des Champs Elysées. Extraordinaire, c’est certain… surtout pour une usine...

Pour nous, c’est évidemment une aubaine d’avoir participé et exposé dans un événement de cette envergure. Nous tenons d’ailleurs à remercier Hopscotch (l’entreprise organisatrice de l’événement) et la fondation Usine Extraordinaire de nous avoir invités sur cet événement. Nous étions parfaitement à notre place en plein coeur de l’espace “Connecter” consacré aux relations humaines au sein de l’industrie, à la formation, à l’emploi, à l’interconnection des savoir-faire et des métiers… L’espace Connecter défend des valeurs dans lesquelles nous nous reconnaissons parfaitement : l’intelligence collective, le partage entre acteurs de l’industrie, la formation tout au long de la vie… Tout ce qu’on aime chez Seven Shapes !

Forcément, l’Usine Extraordinaire valait le coup également. Nous avons vécu des moments d’anthologie :

  • Des enfants surdoués du Lean, un jeune homme de 14 ans et une petite fille de 6 ans se sont éclatés sur nos défis ! Des Lean Manager.es en herbe 👌🏻
  • Notre game designer a bien failli se prendre un pavé sur les Champs-Élysées pendant la journée du samedi 🤭
  • Notre COO a revu des personnes qu’elle n’avait pas vu depuis vingt-cinq ans ! #retrouvailles #letempsnapasdeprisesurnous

Mais nous avons surtout rencontré des personnes intéressées par notre travail :  des collégiens, des lycéens, des familles, des amis, des professionnels… toujours aussi étonnés et ravis de découvrir qu’on peut apprendre à rendre une entreprise plus performante par le jeu !

Même si ces semaines sont épuisantes, on reçoit plein d’énergie en rencontrant nos potentiels utilisateurs. Nous adorons entendre des “Mais, on vous connaît ! On adore votre jeu !" ou “Quoi, un jeu pour apprendre le lean, vous déconnez ?!”.  Cela nous permet d’apprendre, de confronter notre vision, d’avoir de nouvelles idées et d’échanger avec les personnes qui comptent le plus pour nous : nos utilisateurs et nos (futurs) clients.

 

via GIPHY

Crédit photo de couverture : Sébastien d'Halloy pour la fondation Usine Extraordinaire